Il y a 40 ans: Suppression Otelfingen – Niederglatt

En octobre 1877, à 2 semaines d’intervalle, deux lignes sont ouvertes à l’exploitation par deux entreprises concurrentes, dans le même secteur:
  • Niederglatt – Wettingen par le Nord-Ost-Bahn (NOB) le 1er (dans le but de relier ensuite Winterthur, par Bülach)
  • Winterthur – Baden-Oberstadt, par Oerlikon et Regensdorf le 15, par la Schweizeriche Nationalbahn (SNB)

La concurrence est en effet féroce, puisque le terrain est déjà occupé au centre de Zürich par le NOB présidé par Alfred Escher. La jeune SNB, fondée par Jakob Sulzer cherche à contourner Zürich pour relier Winterthur à Baden et rejoindre ensuite la Suisse occidentale. La ligne Wettingen – Otelfingen – Niederglatt – Bülach – Winterthur, plus courte de 2 km est une réaction du NOB. La concurrence conduit à la situation grotesque de deux voies parallèles entre Otelfingen et Wettingen. Grâce à l’intervention de la Confédération, on a tout de même obtenu que les gares d’Otelfingen, Würenlos et Wettingen soient exploitée en commun.

L’entreprise de Sulzer fut toutefois vouée à l’échec, notamment parce que les voyageurs devaient descendre du train à Seebach et marcher jusqu’à Oerlikon, car le NOB a empêché la construction de la ligne de raccordement. En 1878 déjà, le SNB fut mis en faillite et repris en 1880 par le NOB. En 1882 on supprimera aussi la voie parallèle entre Otelfingen et Wettingen… ce que les habitants du Furttal regrettent aujourd’hui, car une double voie serait nécessaire à une cadence de 15 minutes du S-Bahn.

Le tronçon Otelfingen – Niederglatt, long de 13 km fut encore exploité jusqu’en 1937 et finalement supprimé le 6.03.1969, il y a 40 ans. Des 13 km de ce tronçon, il en reste aujourd’hui 2 côté Otelfingen et 5 côté Niederglatt, tous deux servant de raccordements industriels. Ces tronçons existants sont en trait plein rouge sur la carte ci-dessus et l’ancien tracé et traitillé.

Advertisements

4 thoughts on “Il y a 40 ans: Suppression Otelfingen – Niederglatt

  1. Pingback: Quand la nationalisation corrige les aberrations du libéralisme | Blogueries ferrovipathes

  2. Pingback: Quand la nationalisation corrige les aberrations du libéralisme | Histoire ferroviaire suisse

  3. Pingback: 15 octobre 1877, Winterthur – Baden, sans passer par Zürich | Histoire ferroviaire suisse

  4. Pingback: 15 octobre 1877, Winterthur – Baden, sans passer par Zürich | Blogueries ferrovipathes

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s