Electrification du chemin de fer de la Singine

Le chemin de fer de la Singine, Sensetalbahn (STB) en allemand, fait partie de ces nombreuses lignes ferroviaires construites comme ligne d’apport vers le réseau principal. Elle relie en effet la basse vallée de la Singine à la ligne principale Lausanne – Fribourg – Bern. Contrairement à d’autres de ces lignes d’apport, le chemin de fer de la Singine a été construit à voie normale afin de permettre le transfert des marchandises par wagons sans transbordement.

La ligne longue d’un peu plus de 11 km a été mise en service en 1904. Vu d’aujourd’hui, on peut se demander pourquoi en plus de se relier à la ligne du plateau à Flamatt elle a été reliée à Gümmenen à la ligne Bern – Neuchâtel, d’autant que la configuration des voies était telle qu’aucune circulation directe n’était possible sans faire 2 rebroussements. La section entre Laupen et Gümmenen a d’ailleurs été supprimée en 2003, 10 ans après la suppression du trafic.

Le reste de la ligne entre Flamatt et Laupen (6.8 km) et toujours exploité et desservi par la ligne S2 du RER bernois. Quant à la société STB, elle existe encore mais est devenue filiale des CFF qui en assurent l’exploitation de l’infrastructure.

La ligne a été électrifiée en 1938. A cette occasion, le STB a repris des CFF la locomotive d’essais Ce 2/2 Marianne et commandé une automotrice CFe 2/4 101 (plus tard BDe 2/4). Cette dernière a une histoire intéressante: elle a été vendue au chemin de fer Wohlen-Meisterschwanden (WM) en 1987 où elle circulera comme BDe 2/4 3 avec le surnom de “De gmüetlech Freiämter” et sera transformée en automotrice-restaurant. A la suppression du trafic sur le WM, elle passera en main du Zürcher Museumbahn (ZMB) qui en fait une automotrice pour des trains festifs (voir mon article du 18 décembre 2008). Mais suite à un recentrage sur le matériel SZU (Sihltal – Zürich – Uetliberg) de l’association ZMB, l’automotrice change encore une fois de propriétaire en 2010. Elle appartient maintenant à la Compagnie ferroviaire du Léman (CFDL) qui est en train de la rénover pour l’utiliser comme automotrice-restaurant sous le nom de “La Dame du Léman”. (plus d’informations sur leur site).

Et si je vous en parle aujourd’hui, c’est que la traction électrique a débuté le 30 janvier 1938.

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s