27 mai 1967: suppression du chemin de fer de Loèche-les-Bains

Mis en service en 1915, le chemin de fer de Loèche à Loèche-les-Bains (LLB) aura vécu pendant presque 52 ans. Durant toute sa vie, le matériel roulant sera resté le même et très peu d’investissements ont été effectués pour l’infrastructure. C’est une des raisons pour lesquelles il sera remplacé par un service de bus en 1967: la société devait faire face à d’importants travaux à son infrastructure et renouveler son parc moteur.

Outre les difficultés pour financer les investissements, le LLB souffrira de la concurrence avec la route. Non seulement concurrence pour la part de trafic, mais aussi pour la place: une grande partie du tracé se faisait sur la route.

La ligne ferroviaire de Loèche à Loèche-les-Bains a été supprimée le 27 mai 1967, il y a 45 ans.

La société LLB en revanche existe encore, puisque c’est elle qui exploite les bus qui ont repris le transport des voyageurs. A Loèche-les-Bains et à Inden, on peut encore voir les bâtiments des gares. A Loèche, l’ancien dépôt est utilisé par les bus, et en cherchant bien le long du trajet, on trouve encore des restes de ponts comme on le voit sur ma photo ci-dessous:

Advertisements

Un train à Loèche-Les-Bains, il y a 95 ans

Parmi les chemins de fer aujourd’hui disparus, celui de Loèche-les-Bains aurait eu aujourd’hui 95 ans. La station thermale bien connue n’a longtemps été atteignable qu’à pied ou dos de mulet, par le col de la Gemmi ou depuis la vallée du Rhône. Une route permettra d’atteindre la station avec des remorques tractée par des chevaux, dès la deuxième moitié du 19ème siècle.

Avec la construction de la ligne du Simplon, on a très vite pensé à relier la station par chemin de fer. De nombreux projets verront le jour et c’est finalement celui d’un chemin de fer mixte adhérence et crémaillère, à voie métrique et utilisant partiellement la route qui sera choisi.

Comme de nombreuses personnes à mobilité réduite empruntaient le chemin de fer pour se rendre aux thermes, on construisit dès le départ des quais élevés aux deux gares terminales de la ligne qui permettaient une entrée à niveau dans les compartiments et ceci bien avant la LHand actuelle!

Les 3 automotrices BCFeh (puis ABFeh, aujourd’hui on dirait ABDeh) 4/4 10 – 11 ont servi de l’ouverture de la ligne à sa suppression en 1967. De même que les voitures, elles avaient des compartiments à portes individuelles. La numéro 10 fait aujourd’hui partie de l’inventaire du Blonay-Chamby.

La ligne de 10,4km fut supprimée en 1967 et remplacée par un service de bus, bien que la fréquentation ait été en hausse constante. Toutefois, il n’y avait eu quasi aucun investissement, ni dans le matériel roulant, ni dans l’entretien de l’infrastructure depuis la mise en service et la société devait faire face à des dépenses importantes.

Il reste de la ligne différents ouvrages d’art, souvent utilisés par la route ou des chemins pédestres. En particulier, un tunnel est parfois utilisé en hiver par la route comme évitement d’une zone dangereuse.