330m pour aller à l’Hôtel

IMG_4329Ce tunnel relie la gare de Leysin-Feydey au terminus de la ligne Leysin – Grand-Hôtel, 330m plus loin et surtout 54m plus haut. Si l’AL (Aigle-Leysin) a atteint Feydey en 1900, ce n’est que 6 ans plus tard, le 12 septembre, soit il y a exactement 100ans que le prolongement jusqu’au Grand-Hôtel sera mis en service.

Le projet de prolongement jusqu’à la Berneuse étant abandonné, les TPC envisagent de prolonger maintenant la ligne de Feydey jusqu’au départ des remontées mécaniques. Par la même occasion, la ligne vers le Grand-Hôtel serait abandonnée.

Fin du service de tram Bex-Bévieux

DSC18055

Entre Bex et Bévieux, de même qu’entre Gryon et Villars (autrefois Chésières), la ligne du BVB (Bex-Villars-Bretaye, aujourd’hui TPC) était construite comme un tram. Elle était d’ailleurs partiellement exploitée ainsi entre Bex et Bévieux avec 9 arrêts intermédiaires (actuellement 6).

Le BVB utilisait pour ceci les automotrices à trois essieux Be 2/3 15 et 16, comme celle de la photo, prise à Villars. Ce service a été supprimé avec le changement d’horaire de décembre 2002.

D’Aigle à Monthey depuis 105 ans

Rame de l'AOMC sur l'ancien tracé routier à Aigle.

Lorsque les lignes à voie normale passent de part et d’autre de la vallée, ce sont souvent des trains à voie métriques qui ont été construits pour créer les liaisons transversales. C’est exactement ce rôle de lien transversal et d’apport sur la ligne du Simplon qui a motivé la construction du chemin de fer Aigle – Ollon – Monthey (AOM). La mise en service a eu lieu le 2 avril 1907.

Une année plus tard le chemin de fer Monthey – Champéry – Morgins (MCM) mettra en service sa ligne de Monthey – Champéry puis encore une année plus tard la liaison avec la gare de Monthey. Les deux entreprises fusionneront en 1946 pour donner naissance à l’AOMC (Aigle – Ollon – Monthey – Champéry) qui sera plus tard intérgré dans les TPC (transports publics du Chablais).

Un chemin de fer pour le Val d’Illiez

La fin du 19ème siècle a vu naître de nombreux projets de chemin de fer. Surtout pour les vallées latérales, le chemin de fer représentait l’espoir de la modernité. Il en est allé de même dans le Val d’Illiez: encouragé par les projets de chemins de fer du côté du Chablais vaudois et la perspective d’une chemin de fer à voie métrique entre Aigle et Monthey, les communes du Val d’Illiez ont déposé à la fin du XIXème siècle une demande de concession pour un chemin de fer à adhérence Monthey – Champéry avec une antenne vers Morgins: le MCM, Monthey – Champéry – Morgins.

Il faudra attendre 7 ans entre l’obtention de la concession fédérale et le début des travaux, 7 ans au couts desquels le projet évolua et de pure adhérence, l’exploitation fut planifiée mixte en adhérence et crémaillère (3 sections avec pente maximale de 135 %o entre Monthey et Chernex, Troistorrents et Val-d’Illiez et Val-d’Illiez et Champéry). Moins de 2 ans après le début des travaux, la ligne Monthey-Ville – Champéry sera inaugurée, le 1er février 1908, il y a 113 ans aujourd’hui.

La photo montre l’automotrice Beh 4/8 592 à Troistorrents (photo prise en février 2009) où le bus en correspondance pour Morgins attends le train. En effet, l’antenne vers Morgins n’a jamais été construite, en raison de difficultés du tracé, d’une rentabilité prévisible insuffisante et surtout de la première guerre mondiale.

Les 2 compagnies AOM (Aigle – Ollon – Monthey) et MCM fusionneront en 1946 pour donner naissance à l’AOMC (Aigle-Ollon-Monthey-Champéry). L’AOMC rejoindra en 1977 la communauté d’exploitation des transports publics du Chablais créée 2 ans plus tôt. Cette communauté d’exploitation fusionnera en 1999 pour donner naissance aux Transports publics du Chablais (TPC) que nous connaissons actuellement.

Aigle – En Châlex, 4 ans

Il y a 4 ans aujourd’hui, le 29 octobre 2006, que les Transports publics du Chablais TPC ont mis en service le nouveau tracé de la ligne Aigle – Ollon – Monthey – Champéry (AOMC) entre Aigle et le dépôt “En Châlex”. Les petits trains rouges et blancs circulent maintenant le long de la ligne CFF du Simplon.

Grâce à ce nouveau tracé de 1.3km, l’AOMC ne roule plus sur la route à Aigle et 6 passages à niveau dangereux le long de la route d’Ollon ont pu être supprimé. En même temps, il a été créé la halte d’Aigle-Hôpital.

7.07.1914: le train aux Diablerets

Automotrice ABDe 4/4 11 aux Diablerets en été 1986

Aujourd’hui, c’est un de mes chemin de fer préféré qui est à l’honneur: l’Aigle – Le Sépey – Les Diablerets. En effet, après la mise en service du premier tronçon entre Aigle et le Sépey le 22 décembre 1913 (voir article), la deuxième partie de cette magnifique ligne a été mise en service entre la bifurcation des Planches et Les Diablerets le 7 juillet 1914.

110 ans Bévieux – Gryon

Dépôt BVB à Bévieux.

La première section à crémaillère du chemin de fer Bex – Gryon – Villars (BGV) entre Bévieux et Gryon a été mise en service il y a 110 ans le 4 juin 1910. C’était deux ans après la mise en service de la première section de type tramway entre Bex et Bévieux et une année avant l’ouverture du tronçon Gryon – Villars.

Villars – Bretaye, 96 ans

Il y a longtemps que je ne vous avais plus parlé d’histoire ferroviaire… reprenons aujourd’hui peu avant Noël avec l’histoire d’un petit chemin de fer vaudois, le Villars-Bretaye.

Au 19ème siècle, de nombreux lieux de villégiatures se sont développés dans nos montagnes, que l’on a ensuite cherché à relier par des lignes de chemin de fer. Il en a été de même à Villars. Deux projets concurrents ont d’ailleurs reçu simultanément la concession en 1897: un chemin de fer Aigle – Ollon – Villars et un chemin de fer Bex – Gryon – Villars.

Alors que du côté d’Aigle on hésitait sur le tracé, du côté Bex le projet a vite avancé, si bien qu’en 1901, le premier train du Bex – Gryon – Villars – Chésières (BGVC) atteindra Villars.

Si au 19ème siècle on allait dans les montagnes essentiellement pour y respirer l’air pur, le 20ème siècle a vu naître un tourisme plus sportif de randonneur et de skieurs. Il fallait donc aller plus haut que les lieux de villégiature. C’est ainsi que naquit le projet d’un chemin de fer de Villars au Col de Bretaye.

Le Comité de projet reçut la concession en octobre 1911 et 2 ans plus tard, le 18 décembre 1913, la ligne du Villars – Bretaye (VB) fut inaugurée. Au départ, la concession prévoyait une exploitation d’été du 15 mai au 15 septembre et une exploitation d’hiver du 15 décembre au 15 février. Aujourd’hui le tronçon Villars – Col-de-Bretaye est exploité toute l’année et circule plus densément en hiver pour transporter les skieurs.

Le BGVC et le VB ont fusionné en 1942 pour donner naissance au Bex-Villars-Bretaye (BVB) qui fusionnera en 1999 avec l’ASD, l’AL et l’AOMC pour donner naissance aux TPC.

100 ans Monthey-Ville – Monthey CFF

Rame du MCM sur l'avenue de la gare à Monthey

La “Ligne d’Italie” a ouvert à l’exploitation son premier tronçon entre Martigny et Le Bouveret en 1859. Dès cette époque, la ville de Monthey était reliée au chemin de fer. Il faudra attendre toutefois près d’un demi-siècle pour que la ville soit reliée à l’autre côté de la plaine du Chablais et que la vallée de Champéry soit elle-aussi atteignable par chemin de fer.

C’est en effet le 2 avril 1907 (soit demain dans 102 ans) l’AOM (Aigle-Ollon-Monthey) a ouvert la ligne Aigle – Monthey-Place du Marché. une année plus tard, le 1er février 1908, le MCM (Monthey – Champéry – Monthey) inaugurait sa ligne Monthey-Ville – Champéry. Entre Crochetan (où se trouve un ancien dépôt du MCM aujourd’hui affecté aux Bus pour ceux qui connaissent la région) et Monthey-En Place, les deux entreprises partageaient la même infrastructure.

Pour permettre le transbordement des passagers ainsi que celui des marchandises entre la vallée et le réseau CFF, on construist un tramway entre Monthey-Ville et Monthey CFF. Celui-ci fut inauguré aujourd’hui il y a 100 ans (ça n’est pas un poisson d’avril).

En 1921, la section de l’AOM entre Crochetan et Monthey-Place du Marché a été supprimée, le terminus des deux entreprises étant fixé à Monthey-Ville (à peine plus à l’Est que l’emplacement actuel de la gare TPC). Le tram a continué de relier les gares CFF et AOM/MCM (AOMC dès la fusion en 1946) jusqu’au 11 juillet 1976 quand un bus a remplacé les 500m de tram.

ASD, 95 ans

Gare du Sépey

De la mise en service de la ligne jusqu’à l’achat des automotrices modernes type Vevey dans les années 80, l’allure générale du matériel roulant de l’ASD a peu changé, à l’exception de quelques essais en livrée orange ou rouge/crème.

La première partie de la ligne entre Aigle et Le Sépey a été ouverte à l’exploitation le 22 décembre 1913, il y a 95 ans. 6 mois plus tard, le tronçon Les Planches – Les Diablerets sera ouvert à son tour.

Plus que pour d’autres trains, la survie de l’ASD a régulièrement été remise en cause. La communauté d’exploitation avec l’AL, l’AOMC et le BVB dès 1975 et la fusion en 1999 pour former les TPC sont certainement des éléments qui ont contribués à la pérennité de la ligne.