21.08.1899: Un petit train le long du lac

Lorsqu’en 1886 la compagnie du chemin de fer Le Pont – Vallorbe (PV) a mis sa ligne entre Le Day et Le Pont en service, le but était de transporter plus rapidement et efficacement les blocs de glace. En effet, la glace du Lac de Joux était exploitée et utilisée comme moyen de réfrigération.

Les villages du fonds de la Vallée voulurent aussi se raccorder au chemin de fer, voyant de ce moyen de transport moderne la possibilité de développer l’industrie horlogère dans la vallée. Il fut même envisagé de construire une ligne internationale, puisqu’elle aurait du continuer en France et rejoindre à Morez la ligne du PLM.

C’est ainsi que le chemin de fer Le Pont – Le Brassus (PBr) sera mis en service le 21 août 1899. La prolongation de la ligne vers la France ne se fera par contre jamais.

Dès le départ, le PBr a confié son exploitation à la compagnie du Jura-Simplon (JS) puis aux CFF. Le PBr n’a en effet jamais possédé de locomotives, mais seulement des voitures et wagons. Cette situation perdurera d’ailleurs au-delà de l’électrification, jusqu’à la l’intégration du PBr dans le groupe TRAVYS en 2011.

TRAVYS dispose maintenant pour l’exploitation de la ligne de deux rames DOMINO ainsi que d’une rame avec une automotrice type EAV, ex-MThB.

DSC07590

Advertisements

17 avril 1894, chemin de fer Orbe – Chavornay

Il y a 118 ans aujourd’hui que la première ligne ferroviaire à voie normale et traction électrique de Suisse a été mise en service. Le chemin de fer Orbe-Chavornay est en effet le premier chemin de fer à voie normale électrifié de Suisse. Ce choix a été fait en raison de la forte pente sur la dernière partie de la ligne, peu avant la gare d’Orbe.

La petite ville d’Orbe s’est trouvé éloignée du chemin de fer lors de la construction de la ligne Lausanne – Yverdon: le tracé passait par Chavornay au fond de la plaine, à 4 km d’Orbe qui surplombe la vallée sur sa petite colline. Mais à Orbe il y avait déjà quelques industries, notamment un moulin construit là pour utiliser la force motrice de l’eau. Très vite après la concstruction de la ligne Lausanne – Yverdon, on se mit à envisager une relation ferroviaire entre Chavornay et Orbe. La voie normale fut évidemment choisie pour permettre le transfert des wagons de marchandise sans transbordement.

Cette voiture légère à porte centrale est une ancienne voiture CFF, construite en 1955 et qui circula une année sous forme de 3ème classe avant la suppression de celle-ci. Achetée par l’Orbe-Chavornay (OC) en 1986, elle a ensuite été transformée en voiture bar en 1994. En 2007, l’association RVT-Historique l’a rachetée, ce qui explique sa présence à Fleurier sur cette photo. (6.01.2008)

Le train arrive à Sainte-Croix il y a 118 ans

Be 2/6 Travys arrivant à Ste-Croix

Chaque ligne ferroviaire a ses particularités. Celle d’Yverdon-les-Bains à Ste-Croix en a en tout cas deux remarquables: la première est que le train ne circulait au départ pas le week-end et la seconde que cette ligne métrique est alimentée en courant CFF (particularité qu’elle partage avec le BAM).

Si le train d’Yverdon à Ste-Croix ne circulait au début que du lundi au samedi, c’est que la planification et la construction de la ligne ont été presque entièrement financées par un mécène ingénieur, botaniste et philantrope: William Barbey. Très proche des valeurs chrétiennes, il était attaché au repos dominical. Son chemin de fer ne devait pas circuler le dimanche; c’était une condition à son financement. L’exploitation du chemin de fer le dimanche débutera eb 1919, 5 ans après la mort de William Barbey. Une halte de la ligne porte le nom de son bienfaiteur.

La ligne de 24 km du bord du Lac de Neuchâtel au balcon du Jura Vaudois a été mise en service le 27 novembre 1893 (selon H.G. Wägli; d’autres sources donnent le 17 novembre comme date de mise en service). La compagnie de chemin de fer Yverdon – Ste-Croix (YSteC) fusionnera en 2001 avec le chemin de fer Le Pont – Le Brassus (PBr) et les bus urbain d’Yverdon-les-Bains (TPYG) pour former la société Travys  (Transports Vallée de Joux – Yverdon-les-Bains – Ste-Croix).

25.01.1945: YStC électrifié

Rares sont les chemins de fer à voie métrique électrifiés en courant alternatif. Encore plus rares ceux qui utilisent le courant CFF.

C’est le cas du chemin de fer Yverdon-Ste-Croix qui a été électrifié en 1945.

La photo montre la locomotive Ge 4/4. Elle dispose de l’attelage central pour la voie métrique, mais aussi de tampons et d’un crochet pour l’attelage à vis surélevés pour tracter les wagons à voie normale chargés sur bogies porteurs.