Bonne année 2017

voeux2017

Que l’année 2017 vous apporte santé, joie et bonheur et plein de voyages en train. J’espère continuer de vous intéresser avec mes chroniques d’histoire ferroviaire. En 2017, nous nous intéresserons en particulier aux jubilaires suivants:

150 ans: rien à signaler en 1867!

125 ans: 1892 année des doubles voies au Gothard et des réseaux secondaires

Les centenaires sont peu nombreux, 1917 était encore pendant la première guerre mondiale.

  • Achèvement des lignes du BTI et du NStCM ainsi que du LMB.
  • Ouverture de la ligne de Schöllenen.

L’année 1942 verra l’électrification de quelques lignes dans la région zurichoise, du Furka-Oberalp entre Realp et Oberwald, du Franco-Suisse et des bords du lac de Brienz. C’est aussi l’année de la suppression de la ligne de Rigi Scheidegg.

1967 est l’année de la suppression des chemins de fer de Loèche-les-Bains et de Lugano-Tesserete et d’une partie du tram Lugano – Cadro -Dino. Sinon, il n’y a que des mises en double voie à signaler il y a 50 ans.

Finalement on notera pour 1992:

  • Deuxième ou troisième  voie: Samstagern – Schindeleggi, l’achèvement du doublement de la ligne du BLS SPiez – Brig, Löchligut – Bern Wylerfeld (3ème voie) et Binz -Friesenberg (SZU).
  • Remise en service du funiculaire de Muotas Muragl
  • Mise en service du tram Carouge – Bachet-de-Pesay
  • Suppression de lignes ou de trafic sur les lignes Beinweil – Beromünster, Herzogenbuchsee – Solothurn et du funiculaire Territet – Mont-Fleuri.

Premier tram électrique à Zürich

CH_FB_StadelhofenCette rame moderne du chemin de fer de Forch (Forchbahn – FB) utilise entre Stadelhofen (où a été prise la photo) et Rehalp les voies des trams zürichois. En l’occurrence il s’agit des voies de l’une des deux premières lignes de tramways électriques à Zürich.

C’est le 8 mars 1894 que les tramways électriques de Zürich (Elektrische Strassenbahn Zürich EStZ) a mis en service ses lignes Bellevue – Kunsthaus – Römerhof et Bellevue – Stadelhofen – Burgwies. Entre Stadelhofen et Burgwies (Rehalp dès 1912), les trams et les trains du FB se partagent l’infrastructure.

Les EStZ ont été rachétés par la ville en 1896 et renommés Städtische Strassenbahn Zürich (StStZ) – tramways urbains de Zürich. Ils engloberont au cours des années diverses autres entreprise de tram qui exploitaient à leur propre compte certaines lignes. Après la fusion avec les entreprises urbaines d’exploitation d’autobus et de trolleybus, le nom deviendra Verkehrsbetriebe (der Stadt) Zürich, VBZ, valable encore aujourd’hui.

Quand les hôtels se paient un funi ou un tram…

Deux événements à 4 ans d’intervalle à signaler dans l’histoire ferroviaire du jour et deux événements qui possèdent des similitudes. Il s’agit d’une part de la mise en service du funiculaire du Dolder (illustration) mis en service le 13 juillet 1895 et d’autre part du Tram de Riffelalp, mis en service le 13 juillet 1899.

Les deux installations servaient à amener des clients à un hôtel. Au Dolder Waldhaus (et plus tard au Dolder Hôtel) au-desus de Zürich pour le premier et à l’hôtel Riffelalp au-dessus de Zermatt pour le second.

dolderbahn

Le 5 juillet 1899, une courte ligne de tram sera construite entre Dolder Waldhaus et Dolder Hôtel. Elle sera supprimée le 31.12.1930. Le funiculaire subsistera jusqu’au 27 août 1972. Dès cette date, la ligne sera transformée et le nouveau chemin de fer à crémaillère Römerhof – Dolder-Waldhaus – Dolder Hôtel reprenant le tracé du funiculaire et la fonction du tram sera mis en service le 30 septembre 1973.

Quant au tram de Riffelalp, son histoire est aussi mouvementée: mis en service pour relier la station de Riffelalp sur la ligne du Gornergrat à l’hôtel Riffelalp, la plus haute ligne de tram d’Europe survivra quasiment dans son état d’origine jusqu’à la suppression du service le 1er septembre 1960, suite à l’incendie du l’Hôtel. Avec la reconstruction de l’Hôtel en 1998, le tram sera aussi remis en service. Mais si le tram originel était électrique à courant triphasé (comme la ligne du Gornergrat), le nouveau tram mis en service le 12 juin 2001 sera à accumulateurs.

Bonne année 2015

Dans quelques heures l’année 2014 appartiendra au passé. J’aimerais à cette place remercier tous les lecteurs de mon blog et vous adresser mes meilleurs voeux pour 2015.

Je me réjouis de partager avec vous les photos du mois, mes humeurs et clins d’oeil ainsi que fêter les anniversaires ferroviaires tout au long de l’année.

En 2015, les jubilés seront les suivants:

150 ans

  • Mise en service par la compagnie Bülach – Regensberg des tronçons Oerlikon – Bülach et Dielsdorf – Oberglatt le 1er mai.

125 ans

Mise en service:

Diverses sections en double voie sur la ligne du Gothard

100 ans

Mise en service:

  • Tram Schwyz – Brunnen entre Ibach et Brunnen (8 mai)
  • Le tunnel du Mont d’Or et la nouvelle ligne Frasne – Vallorbe (16 mai)
  • Le début de l’exploitation de la ligne du Brig – Furka – Disentis, environ une année après son inauguration
  • La prolongation du tram Clarens – Chailly – Blonay entre Clarens CFF et le débarcadère
  • Le chemin de fer Loèche – Loèche-les-Bains le 5 juillet
  • Le chemin de fer Huttwil – Eriswil le 1er septembre
  • Le tunnel de la montagne de Granges sur la ligne Moutier – Lengnau le 1er octobre
  • La petite ligne de tramway Heerbrugg – Diepoldsau le 12 décembre

Quelques doubles voies: Cressier – Le Landeron, Lugano – Melide et Leysin-Village – Leysin-Fedey.

Et l’électrification par le BLS de la ligne Spiez – Scherzligen (Thun)

75 ans

L’histoire est moins réjouissante en 1940 avec pour seule mise en service un raccordement entre la gare marchandise de Bâle et le port de Birsfelden. En revanche, le chemin de fer Bienne – Meinisberg sera supprimé, de même que la ligne de tram Altstätten – Berneck. On notera encore l’électrification du Vevey – Chexbres et le début de l’électrification du Furka – Oberalp.

50 ans

En 1965, la ligne de la Valle Maggia Ponte Brolla – Bignasco est supprimée. Les CFF mettent la digue de Melide à double voie et le chemin de fer Solothurn – Zollikofen – Bern devient un train de banlieue moderne avec l’inauguration de la gare souterraine à Bern le 21 novembre. On notera encore l’électrification du MThB et la création d’une liaison entre Balerna et la gare de triage de Chiasso le 30 mai.

25 ans

En 1990, diverses mises en service de nouvelle liaison (parfois au détriment d’autres) sont directement liées au RER zürichois:

  • Zürich HB – Zürich Stadelhofen: mise en service de la deuxième voie dans le tunnel du Hirschengraben le 13 janvier
  • Zürich-Hardbrücke – Zürich-Altstetten le 2 mai
  • Prolongation du SZU de Zürich-Selnau à Zürich HB le 5 mai
  • Stettbach – Dübendorf le 27 mai
  • Zürich Stadelhofen – Dietlikon (tunnel du Zürichberg)
  • Les double voies Aathal – Wetzikon et Hedingen – Affoltern am Albis

Autre mise en service à signaler, la prolongation de l’AOMC de Champéry-Village à Champéry au pied du téléphérique et le nouveau tracé et la gare souterraine de Locarno pour le chemin de fer des Centovalli.

Notons encore les doubles voies Cham – Zug, Binningen – Bottmingermühle (BLT), Ausserberg – Lalden (BLS) et Villars – Roche-Grise (BVB), ainsi que la liaison des deux chemins de fers du Righi, créant ainsi de fait une double voie.

Hôtel Pasta et son tram

Les voyageurs arrivant à l’Hôtel Genroso que le Dr. Pasta avait construit sur les flancs du Monte Generoso devaient sentir bon: après l’odeur de la fumée de la locomotive à vapeur, c’est celle du cheval qui allait les accompagner sur les 400 derniers mèrtes du voyage. L’Hôtel Generoso existait avant le train, mais lorsque le chemin de fer du Monte Generoso mit en service sa ligne en 1890, le propriétaire de l’Hôtel fit construire un tram hippomobile long de 400m, sur voie de 60cm entre la gare de Bellavista et l’Hôtel.

Particularité de l’exploitation, le cheval ne tirait le tram que dans le sens de la montée, de l’hôtel à la gare. A la descente, on attachait le cheval derrière et il suivait la voiture qui était freinée à la main.

La photo et les explications proviennent du site de Jürg Ehrbar. A cet endroit les sources historiques diffèrent: si la date de mise en service du 1er septembre 1891 pour le tram hippomobile est indiquée sur plusieurs sites, la date de fin n’est pas claire. H.G. Wägli dans son atlas historique indique un suppression de l’exploitation le 31 octobre 1913, soit il y a 101 ans. En revanche Jürg Ehrbar mentionne 1938 (mais sans date) comme année de suppression, tout en indiquant 1000 passagers transportés en 1940. Il y a peut-être une question de concession (qui a été retirée à la fin de l’année 1912) à chercher dans ces deux dates: jusqu’au 31.10.1913, le tram était peut-être public avant de devenir strictement privé jusqu’à sa suppression définitive. Quoi qu’il en soit, le tram n’existe aujourd’hui plus, tout comme l’hôtel, dont les ruines ont été rasées il y a quelques années.

Un tram pour Champel il y a 120 ans

DSC00618Ce tram de la ligne 14 qui vient de quitter Cornavin n’est peut-être pas à l’emplacement exact de son prédécesseur, mais dans la rue de la Servette sur laquelle il roulait quelques instants auparavant, il a repris la place d’une ligne qui a été mise en service il y a 120 ans.

Le 22 septembre 1894, la compagnie des Tramways suisses a mis en service sa ligne Petit-Saconnex – Cornavin – Champel. La ligne a dès le départ été exploitée électriquement. Particularité, elle était à voie normale, mais sera mise en métrique dès 1901 par la Compagnie Genevoise des tramways électriques (CGTE).

Je renvoie le lecteur intéressé à l’article concernant les lignes 3-33 du site non-officiel des TPG.

Double voie, mais imbriquée

DSC13804Cette configuration de voie intéressante se trouve à Bâle sous le viaduc sur la Birsig. Les lignes 10 et 17 des BLT empruntent ce passage.

Comme la place ne suffisait pas pour une double voie, au niveau du viaduc, c’est la solution des voies imbriquées qui a été choisie. Elle nécessite moins d’entretien qu’une portion à voie unique avec 2 aiguillages.

C’est le 11 décembre 1986 que la ligne BLT entre Heuwaage (au fond) et Zoo (au premier plan) a été mise en double voie.

Premier tram à Genève

DSC10980La ligne 12 des trams de Genève a longtemps été la seule survivante du plus grand réseau de tramways de Suisse. Pendant environ 30 ans, les trams à Genève n’ont circulé qu’entre Carouge et Moillesullaz. Ce qui est intéressant, c’est que la ligne 12 emprunte encore aujourd’hui en partie l’itinéraire de la première ligne de tram à Genève. Il s’agissait d’un tram hippomobile à voie normale entre la Place Neuve et Carouge. Cette première ligne de tram Genève – Carouge (TGCa) a été mise en service le 19 juin 1862, il y a 151 ans.

Je renvoie le lecteur intéressé à cette page du site non officiel des TPG.

27 mars 1998: Liaison Cornavin – Bel-Air

Je vous ai déjà parlé des trams de Genève il y a quelques semaines à l’occasion de la suppression de 200m de ligne de tram en 1938. Aujourd’hui, c’est dans la rubrique du renouveau du tram à Genève qu’il faut classer l’information: 3 ans après la mise en service de la liaison Cornavin – Plainpalais (ligne 13), la ligne historique 12 peut aussi être atteinte parcourue en direction de Moillesulaz depuis la gare de Cornavin. En effet, le 27 mars 1998, la liaison Cornavin – Bel Air par le pont de la Coulouvrière et la rue du Stand, respectivement le quai de La Poste dans l’autre sens est mise en service.

Ce sera la ligne 16 Cornavin – Moillesulaz qui empruntera cet itinéraire jusqu’à la restructuration du réseau en décembre 2011. J’invite le lecteur intéressé à se rendre sur le très bon site non officiel des TPG à la page de la ligne 16.

Pour illustrer l’histoire ferroviaire du jour, un tram Tango qui quitte l’arrêt de Cornavin:
DSC00619

Un peu d’histoire des trams dans la ville de la voiture

Pour la rubrique ferroviaire du jour, nous allons parler un peu de trams à Genève. Si la ville au bout du lac Léman est souvent perçue comme la capitale de la bagnole en Suisse, on sait souvent moins qu’elle fut la capitale du tram en Suisse au début du XXème siècle.

L’histoire du tramway commence à Genève en 1862 avec les premiers trams hippomobiles qui seront remplacés par des trams à vapeurs dès 1894. Comme dans d’autres villes de Suisse, au début du développement du réseau, plusieurs entreprises seront concurrentes. A Genève, il faut en citer trois, même si certaines ont déjà une généalogie compliquée au moment de leur création:

  • la compagnie générale des tramways suisses (TS) qui avait pour objectif d’exploiter les réseaux de tram de différentes villes de Suisse, mais ne sera finalement active qu’à Genève et Bienne
  • la société genevoise des chemins de fer à voie étroite (VE) qui exploitera un réseau tant urbain que rural avec des lignes dans l’ensemble du canton et jusque dans les départements français de l’Ain et de Haute-Savoie
  • la société du chemin de fer Genève – Veyrier (GV) avec un ligne de la cours de Rive à Veyrier puis ultérieurement à la gare du chemin de fer du Salève en France et à Collonges sous-Salève.

Les deux premières seront réunies sous une nouvelle entitée créée en 1899, la compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE). Au moment de la fusion, elle reprendra les 20km à voie normale, exploités à la vapeur (sauf sur une ligne urbaine) des TS et les 76km du réseau électrifié à voie métrique du VE. Les lignes à voies normales seront partiellement transformées à voie métrique et toutes électrifiées.

A l’apogée du tram à Genève, le réseau de la CGTE mesurera plus de 125km (de 1903 à 1909), auquel il faut ajouter les 10km (dont 4.7 en France) du Genève-Veyrier et les 4.5km du chemin de fer Carouge – Croix-de-Rozon.

Le déclin commencera dès la fin des années 20, avec la suppression des lignes de campagne déficitaires, puis la suppression des lignes en France et enfin le remplacement progressif par des autobus ou trolleybus des autres lignes de tram, jusqu’à ce que le réseau ne soit réduit à une seule ligne, la 12, de Carouge à Moillesullaz en 1969.

La CGTE deviendra TPG en 1977 et la renaissance des trams à Genève commencera en 1995, avec  la liaison entre la ligne 12 et la gare de Cornavin.

On pourrait écrire encore beaucoup sur le sujet, mais je préfère garder encore un peu de matière pour divers articles d’histoire ferroviaire au jour le jour, comme je l’ai déjà fait ici. Si j’en parle aujourd’hui, c’est que le 29 février 1936, 200m de ce grands réseaux ont été supprimés: il s’agit de la section Veyrier – Veyrier-Gare-du-Salève en France. Pour avoir une idée de la situation des trams à Genève à l’époque, jetez donc un oeil à la carte de 1938.

Retrouvez d’autres informations et photos sur: http://www.snotpg.ch/site/

Source:

  • Wikipedia, divers articles
  • TPG

Jubilés ferroviaires en 2013

voeux_internet

Voici la liste des jubilés ferroviaires 2013. Certains ont déjà été publiés, je me ferai une joie de vous parler des autres au cours de l’année!

150 ans

125 ans

  • 7 août, mise en service du funiculaire du Bürgenstock
  • 16 septembre, tram Territet – Chillon
  • 10 décembre, Tram Therwil – Flüh
  • 17 décembre, tunnel des Crosettes

100 ans

  • Beaucoup d’électrification, notamment sur le réseau du RhB
  • 15 juillet: mise en service du tunnel du Lötschberg. Evénement que le BLS fêtera avec notamment des circulations spéciales.
  • 9 septembre, réseau des trams de Zug
  • 10 octobre, tram Steffisburg – Oberhofen puis Oberhofen – Beatenbucht le 24 décembre
  • 16 décembre, mise en service du Tramelan – Breuleux – Noirmont un mois après l’électrification du Tramelan – Tavannes
  • 29 décembre, chemin de fer Biel – Meinisberg
  • A noter aussi la suppression le 31 octobre du tram de l’Hôtel Bellavista sur les flanc du Monte Generoso.

75 ans

50 ans

25 ans

Je tiens à remercier chacun de mes lecteurs et vous adresse à toutes et tous mes meilleurs voeux pour l’année 2013!