Bonne année 2017

voeux2017

Que l’année 2017 vous apporte santé, joie et bonheur et plein de voyages en train. J’espère continuer de vous intéresser avec mes chroniques d’histoire ferroviaire. En 2017, nous nous intéresserons en particulier aux jubilaires suivants:

150 ans: rien à signaler en 1867!

125 ans: 1892 année des doubles voies au Gothard et des réseaux secondaires

Les centenaires sont peu nombreux, 1917 était encore pendant la première guerre mondiale.

  • Achèvement des lignes du BTI et du NStCM ainsi que du LMB.
  • Ouverture de la ligne de Schöllenen.

L’année 1942 verra l’électrification de quelques lignes dans la région zurichoise, du Furka-Oberalp entre Realp et Oberwald, du Franco-Suisse et des bords du lac de Brienz. C’est aussi l’année de la suppression de la ligne de Rigi Scheidegg.

1967 est l’année de la suppression des chemins de fer de Loèche-les-Bains et de Lugano-Tesserete et d’une partie du tram Lugano – Cadro -Dino. Sinon, il n’y a que des mises en double voie à signaler il y a 50 ans.

Finalement on notera pour 1992:

  • Deuxième ou troisième  voie: Samstagern – Schindeleggi, l’achèvement du doublement de la ligne du BLS SPiez – Brig, Löchligut – Bern Wylerfeld (3ème voie) et Binz -Friesenberg (SZU).
  • Remise en service du funiculaire de Muotas Muragl
  • Mise en service du tram Carouge – Bachet-de-Pesay
  • Suppression de lignes ou de trafic sur les lignes Beinweil – Beromünster, Herzogenbuchsee – Solothurn et du funiculaire Territet – Mont-Fleuri.

Ds blaue Bähnli nach Worb

Aujourd’hui comme c’est bientôt la fin de l’année, la minute d’histoire ferroviaire sera humoristique: le 29 décembre 1987, le RBS (transport régional Berne – Soleure) a basculé l’exploitation de sa ligne Egghölzli – Worb vers une exploitation de type tramway et par la même occasion réduit la tension de 800V à 600V.

Pour illustrer l’histoire ferroviaire du jour, je vous propose la petite vidéo ci-dessous, un régal pour ceux qui comprennent l’allemand … et le bernois.

Centenaire du tram Heerbrugg – Diepoldsau

La première ligne de tram dans la vallée saint-galloise du Rhin a été mise en service en 1897 par le chemin de fer Altstätten – Berneck (ABB). Elle reliait Altstätten à Berneck en passant par les villages nichés au pied des vignes et délaissés par la ligne des VSB (Verinigte Schweizer Bahnen) qui se voulait internationale et passait au plus droit dans la plaine. Les correspondances étaient assurées à Heerbrugg et à Altstätten.

En 1902, une ligne de tram vit aussi le jour de l’autre côté du Rhin, entre Dornbirn et Lustenau, en Autriche. Dès lors on envisagea une liaison ferroviaire transfrontalière. La première guerre mondiale empêchera la réalisation de cette liaison, toutefois le tram Heerbrugg – Diepoldsau sera mis en service le 12 décembre 1915, il y a aujourd’hui 100 ans. A cette occasion, la compagnie a été rebaptisée Rheintalische Strassenbahnen, RhStB (tramways de la vallée du Rhin).

La ligne avait son point de départ juste à côté de la gare CFF de Heerbrugg, vis-à-vis de l’arrêt de la ligne du tram Altstätten – Berneck. Bien que la même entreprise ait exploité les deux lignes, elles ne furent jamais reliées en raison des difficultés techniques: il aurait fallu croiser à niveau la ligne CFF. Les voyageurs devaient donc traverser à pied le passage à niveau pour poursuivre leur voyage.

Le tram traversait le Rhin entre Widnau et Diepoldsau sur un beau pont métallique. Il ressemblait fortement à celui de mon illustration (Rietbrücke) qui se trouve environ 1 km en amont. Comme il a été remplacé dans les années 1980 par un pont suspendu, toute trace du tram a disparu par la même occasion.

Dès les années 40, les lignes seront peu à peu remplacées par des bus (et la compagnie renommée Rheintalische Verkehrsbetriebe, RhV). Le tram de Heerbrugg à Diepoldsau subsistera quant à lui jusqu’en 1954.

Quand les hôtels se paient un funi ou un tram…

Deux événements à 4 ans d’intervalle à signaler dans l’histoire ferroviaire du jour et deux événements qui possèdent des similitudes. Il s’agit d’une part de la mise en service du funiculaire du Dolder (illustration) mis en service le 13 juillet 1895 et d’autre part du Tram de Riffelalp, mis en service le 13 juillet 1899.

Les deux installations servaient à amener des clients à un hôtel. Au Dolder Waldhaus (et plus tard au Dolder Hôtel) au-desus de Zürich pour le premier et à l’hôtel Riffelalp au-dessus de Zermatt pour le second.

dolderbahn

Le 5 juillet 1899, une courte ligne de tram sera construite entre Dolder Waldhaus et Dolder Hôtel. Elle sera supprimée le 31.12.1930. Le funiculaire subsistera jusqu’au 27 août 1972. Dès cette date, la ligne sera transformée et le nouveau chemin de fer à crémaillère Römerhof – Dolder-Waldhaus – Dolder Hôtel reprenant le tracé du funiculaire et la fonction du tram sera mis en service le 30 septembre 1973.

Quant au tram de Riffelalp, son histoire est aussi mouvementée: mis en service pour relier la station de Riffelalp sur la ligne du Gornergrat à l’hôtel Riffelalp, la plus haute ligne de tram d’Europe survivra quasiment dans son état d’origine jusqu’à la suppression du service le 1er septembre 1960, suite à l’incendie du l’Hôtel. Avec la reconstruction de l’Hôtel en 1998, le tram sera aussi remis en service. Mais si le tram originel était électrique à courant triphasé (comme la ligne du Gornergrat), le nouveau tram mis en service le 12 juin 2001 sera à accumulateurs.

Un peu d’histoire du Birsigtalbahn (BTB)

DSC15844Le chemin de fer de la vallée de la Birsig (Birsigtalbahn, BTB) a été construit afin de relier ferroviairement les villages campagnards dans la vallée de la Birsig à la ville de Bâle. Aujourd’hui, ces villages font partie de l’agglomération et le chemin de fer de la vallée de la Birsig est devenu un tram qui transporte efficacement les pendulaires entre domicile et lieu de travail.

C’est le 4 octobre 1887 que la première partie de la ligne entre Basel Steinen (près de l’actuel arrêt Theater) et Therwil a été mise en service. Comme les trams urbains ont été mis en service à Bâle en 1895 et que les 3 autres lignes suburbaines qui constituent aujourd’hui le réseau BLT sont postérieures, la ligne du Birsigtalbahn constitue la première ligne de tramway circulant à Bâle.

Une année plus tard, le 12 octobre 1888, elle sera prolongée jusqu’à la frontière à Flüh. Son terminus sera déplacé à Heuwaage le 2 avril 1900 pour permettre le passage de l’actuelle ligne 6 des trams urbains. C’est aussi à Heuwaage que la ligne du Birsigtalbahn sera connectée au réseau urbain.

D’abord exploitée à la vapeur, la ligne a été électrifiée le 2 juin 1906. Elle sera ensuite prolongée jusqu’à Rodersdorf dans le canton de Soleure en passant par le village de Leymen, en France (Allemagne à l’époque) le 1er mai 1910.

Aujourd’hui, ce sont les trams du BLT qui exploitent la ligne 10 Rodersdorf – Basel – Dornach en utilisant la ligne mise en service il y a 127 ans aujourd’hui. Pour fêter les 40 ans de la fusion des 4 compagnies suburbaines, le BLT a décoré une rame dans les couleurs du BTB (voir photo). Elle roule en principeen unité multiple avec une rame aux couleurs d’une autre de ses compagnies originelles, le Birseckbahn (BEB).

Un peu de double voie sur le TBA

Rien de spéctaculaire a annoncer aujourd’hui au niveau de l’histoire ferroviaire suisse, à part un petit bout de double voie sur la ligne du Tram Bâle-Aesch (TBA). La ligne du TBA a été mise en service en 1907. Depuis la fusion des 4 entreprises suburbaines bâloises en 1974, elle fait partie des BLT (Baselland Transporte).

Le 18 septembre 1974, 700m de double voie entre Reinach Vogesenstrasse et Neuhof (aujourd’hui Reinach Süd) ont été mis en service, prolongeant le tronçon Steinacker-Neuhof, en double voie depuis 1957. En même temps, la ligne a été mise en site propre sur ce tronçon.

Aujourd’hui les trams modernes des BLT (ligne 11) vont de Saint-Louis-Frontière jusqu’à Aesch. Ici une rame Tango arrivant à Basel SBB:

DSC15842

10 juillet 1903: le train arrive à Trogen

DSC05398Automotrice Be 4/8 34 “Trogen” au terminus de la ligne. Le chemin de fer de Trogen a été mis en service le 10 juillet 1903 comme tramway vicinal. Il utilisait les voies du tram de St. Gall jusqu’à la halte de Brühltor avant de continuer sur sa propre infrastructure, sur la route, puis peu à peu depuis 1953 en la longeant sur la plus grande partie du trajet.

Très rapidement, on prolongea la double voie du tram entre Brühltor et Burggraben, le 18 octobre 1916. Avec la suppression du tram de St. Gall en 1957, le TB reprendra l’infrastructure du tram entre la gare de St. Gall et Brühltor mais en supprimant la deuxième voie entre la gare et Schiebenertor.

En 1963 et 1978, la double voie sera prolongée en plusieurs partie de manière à être continue de la gare jusqu’à Schülerhaus, où le TB quitte la plateforme routière. (1963 entre Spisertor et Schülerhaus, 25.04.1978 entre la gare et Schiebenertor puis 14.07.1978 entre Burggraben et Spisertor).

Il y a 75 ans: suppression du Rolle – Gimel

La petite ligne de tram de 10.5km reliant Rolle à Gimel a fait partie des lignes victimes de l’augmentation de la circulation routière. Si la plupart de ces lignes ont été fermées à partir des années 50, le Rolle – Gimel a vu sa fin venir bien plus tôt, en 1938 déjà, soit 40 ans seulement après sa mise en service.

Comme la ligne circulait entièrement sur la route et ne possédait pas d’ouvrages d’art, il ne reste aujourd’hui malheureusement plus un seul témoin du passé ferroviaire de cette liaison qui se fait aujourd’hui par la ligne Car Postal 10.840.

Seuls les curieux se demanderont pourquoi l’arrêt du Car postal s’appelle Gimel, café de la Gare.

26.08.1893 – 30.09.1903: un tramway éphémère

StStLa courte ligne de 3.5km du tram Stansstad – Stans a été construite dans l’élan du projet de funiculaire du Stanserhorn: pour amener les touristes du débarcadère de Stansstad au départ du funiculaire, le tram semblait être le moyen le plus approprié. D’ailleurs la ligne a été mise en service il y a 120 ans aujourd’hui, soit 3 jours après le funiculaire du Stanserhorn.

Lorsque le chemin de fer Stansstad-Engelberg (StEB) sera mis en service en 1898 avec son point de départ jusqte à côté de celui du tram, ce sera l’arrêt de mort de ce dernier. D’ailleurs le StEB rachètera le tram et le mettra hors service le 30 septembre 1903.

Il faut noter que la ligne de tram n’avait aucun arrêt intermédiaire fixe: on pouvait s’arrêter pour monter et descendre n’importe où sur la ligne, quel service!

La fin du tram Heerbrugg – Diepoldsau

Je vous ai déjà parlé des tramways de la vallée du Rhin à deux reprises, lors de la mise en service du tram Altstätten – Berneck (ABB) ainsi qu’à l’occasion du prolongement de la ligne ferroviaire Altstätten – Gais (AG) jusqu’à Altstätten Rathaus. En 1915, une nouvelle ligne a été mise en service. Il s’agit du tram entre la gare CFF de Heerbrugg et la petite localité de Diepoldsau située entre un coude du Rhin et son tracé canalisé actuel.

La ligne de Diepoldsau était projetée comme liaison avec le Vorarlberg. En raison de la première guerre mondiale, le projet ne sera toutefois pas poursuivi. A Heerbrugg, les moyens financiers ont aussi manqué pour faire la liaison avec la ligne Altstätten – Berneck: il aurait fallu passer au-dessus ou au-dessous de la ligne CFF. Avec la construction de la nouvelle ligne, la compagnie a aussi changé de nom et s’est appelée Rheintalische Strassenbahn (RhStB).

La petite ligne n’aura qu’une courte vie de 39 ans, durant lesquels il n’y aura presque pas eu d’investissement dans l’infrastructure, ni dans le matériel roulant. Le tram de Heerbrugg à Diepoldsau a été supprimé le 3 mars 1954, il y a 59 ans.

Ce 2/2 1 du RhStB sur le pont sur le Rhin entre Widnau et Diepoldsau. Au premier plan, la ligne du tram croise à angle droit les rails du chemin de fer international de régulation du Rhin.

Ce 2/2 1 du RhStB sur le pont sur le Rhin entre Widnau et Diepoldsau. Au premier plan, la ligne du tram croise à angle droit les rails du chemin de fer international de régulation du Rhin.