Le FMA sous courant CFF

DSC11376Cette automotrice Xe 94 85 7537 161-2, anciennement ABDe 4/4 161 ne sert aujourd’hui plus que de locomotive de service et est la plupart du temps stationnée à côté du dépôt de Fribourg. Elle date de l’électrification des lignes du réseau GFM, plus précisément de l’électrification en courant 15kV 16.7Hz par caténaire.

Si la ligne Bulle – Romont a été électrifiée en 1946, l’autre ligne à voie normale du réseau la ligne FMA Fribourg – Morat – Anet (Ins) a d’abord été électrifiée en courant continu de 900V avec alimentation par rail latéral en 1903, quelques mois après sa mise en service.

Ce n’est que 12 août 1947 que les GFM (de la fusion des lignes à voies normales FMA et Bulle – Romont, ainsi que de la ligne métrique Palézieux – Châtel-St-Denis – Bulle – Montbovon/Broc) remplacera ce système d’alimentation plutôt rare sur une ligne de campagne à voie normale par l’alimentation classique par caténaire en courant CFF 15kV, 16.7 Hz.

Sur les tronçons partagés avec les CFF entre Morat et Muntelier ainsi qu’entre Fribourg et Givisiez, les deux systèmes ont existés depuis décembre 1944, respectivement mai 1947.

Bulle – Romont électrifié il y a 65 ans

L’automotrice ABDe 4/4 161 photographiée à Belfaux-Village est la dernière survivante de la série de 5 automotrices n° 161-165 achetées par le GFM au moment de l’électrification de la ligne à voie normale Bulle – Romont. Ces automotrices seront aussi utilisées sur l’autre lignes à voie normale Fribourg – Ins, dès 1947 lorsque la traction électrique par caténaire remplacera celle par 3ème rail.

L’électrification du Bulle-Romont (traction électrique inaugurée le 8 mai 1946) a fait partie des mesures de modernisation du réseau fribourgeois après la fusion en 1942 du FMA (Fribourg – Morat – Anet), des chemins de fer électriques de Gruyères (CEG) et du Bulle – Romont (BR) en GFM (Gruyère – Fribourg – Morat). Le GFM fusionnera avec les tranports en commun de Fribourg (TF) pour former les TPF en 2000.

Après les 5 automotrices de 1965, le GFM achètera en 1965 une automotrice dite “EAV” (Eidegenössiches Amt für Verkehr, ancien nom allemand de l’Office fédéral des transports) car développée en commun par cet office pour plusieurs entreprises de chemin de fer privés (GFM, MThB, RVT, MO et WM). Celle-ci fut vendue en 2004 à Travys. Manquant de matériel roulant, les TPF reprendront l’automotrice 13 (mais elle sera rapidement hors service) puis la 11 de Thurbo (ex MThB). La voici ci-dessous à Bulle pour illustrer l’anniversaire ferroviaire du jour, avec la voiture pilote correspondante.

23 juillet 1903: jour faste pour les chemins de fer fribourgeois

23 juillet 1903 c’est la fête dans le canton de Fribourg: d’une part sur le réseau métrique des chemins de fer électriques de Gruyère (CEG), on inaugure simultanément les tronçons Châtel-St-Denis – Vuadens et Tour-de-Trême – Montbovon et d’autre part, la ligne à voie normale Fribourg – Morat – Anet (FMA) est électrifié. La technique utilisée est plutôt rare en Suisse, puisque le courant continu de 900V est amené au train par un troisième rail latéral.
 
 
Il faudra attendre une année pour que la liaison Vuadens – Bulle – La Tour-de-Trême soit achevée par les CEG et 44 ans pour que le système électrique du FMA soit modifié en alimentation par caténaire avec le courant usuel des CFF 15kV 16.7 Hz.

CEG: jonction effectuée le 21.09.1904

La Be 4/4 115 est à peine plus jeune que le tronçon évoqué aujourd'hui, puisqu'elle date de 1905.

Les derniers 1500m qui séparaient encore les deux lignes des chemins de fer électriques de Gruyères (CEG) ont été mis en service le 21 septembre 1904. Il s’agit du tronçon Bulle – La Tour-de-Trême.

Il aura fallu plus d’une année après la mise en service le 23 juillet 1903 des tronçons Châtel-St-Denis – Vuadens et Montbovon – La Tour-de-Trême pour achever la jonction des deux lignes. Le tronçon Vuadens – Bulle a été inauguré le 14 juillet 1904.

En 1907, les CEG absorberont la ligne Châtel – Palézieux et en 1912, ils mettront en service la ligne Bulle – Broc, complétant ainsi le réseau métrique que l’on connaît encore aujourd’hui.

Muntelier – Ins

Beaucoup d’anniversaires ferroviaires en ce premier mai. Tellement qu’il est presque difficile de faire un choix. Il n’y a par contre que peu de véritables jubilés (multiples de 25): le centenaire du doublement de la ligne CFF entre Nebikon et Sursee étant le seul et peu spéctaculaire, j’ai choisi de vous parler d’une autre ligne aujourd’hui.

Il y a aujourd’hui 106 ans en effet, le tronçon Muntelier – Ins a été mis en service par le FMA (Fribourg – Morat – Anet). Cette inauguration fait suite à celle de la première partie du trajet en (Fribourg) Givisiez et Morat le 23 août 1898 par le chemin de fer Fribourg-Morat (FM).

Quelques mois après l’ianuguration, la ligne sera électrifiée entre Fribourg et Ins le 23 juillet 1903. Cette électrification était particulière, puisque le courant traction était du courant continu 750V-900V (plutôt rare pour un chemin de fer à voie normale) alimenté par un troisième rail latéral. Ce système subsistera jusqu’en 1947. En même temps que les CFF électrifieront Fribourg – Payerne, l’alimentation par troisième rail sera remplacée par une caténaire et du courant alternatif 15kV 16 2/3Hz.

Le FMA fusionnera en 1942 avec le Bulle – Romont (BR) et les Chemins de fer électriques de la Gruyère (CEG) pour former le GFM (Gruyère – Fribourg – Morat). Ce dernier fusionnera avec les transports en commun de Fribourg (TF) pour former les actuels TPF en 2000.

La photo montre un train régional Neuchâtel – Fribourg à Ins. Il est à noter que même si elle porte les couleurs TPF, la voiture-pilote ABt 204 appartient encore aux TRN (RVT) mais est louée à long terme aux TPF. Elle circule d’ailleurs toujours avec l’automotrice RBDe 567 316 aussi TRN.

Le Bulle – Romont a 140 ans

Afin de relier Bulle à la ligne Lausanne – Fribourg inaugurée en 1862, les Gruyériens ont construit une ligne de 18km entre Romont sur la ligne principale et Bulle. Le Bulle – Romont (BR) inauguré le 1er juillet 1868 est ainsi le premier maillon du réseau actuel des transports publics fribourgeois.

Le BR fusionnera le 1er janvier 1942 avec le Fribourg – Morat – Anet (FMA) et les Chemins de fer Electriques de Gruyères (CEG) pour former les GFM, Gruyère – Fribourg – Morat. La ligne sera électrifiée en 15 kV 16 2/3 Hz en 1946. Au 1er janvier 2000, les GFM ont fusionné avec les TF (Transports en commun de Fribourg) et donné naissance aux tpf (transports publics fribourgeois).

Grâce à son écartement normal de 1435mm et le transport des marchandises, le Bulle – Romont n’a que peu été inquiété par les menaces régulières de remplacement de train par des services de bus. Actuellement il est même question de faire circuler des trains de Bulle à Fribourg sans changement à Romont.

1901: Palézieux – Châtel-Saint-Denis

Le 29 avril 1901, la ligne Châtel-Saint-Denis – Palézieux (CP) est mise en service. Le CP fusionnera en 1907 avec les chemins de fer électriques de la Gruyère (CEG) qui deviendront les GFM – Gruyère-Fribourg-Morat (avec le FMA – Fribourg-Morat-Anet et le BR – Bulle-Romont) au 1.1.1942, puis les TPF (transports publics fribourgeois) en 2000.