Il y 140 ans dans la vallée de la Birse

der-regio-s3-olten-basel-sbb-laufen-400024Ce S3 du RER bâlois sort du court tunnel sous le château d’Angenstein, certainement un des endroits les plus photographiés de la ligne. En l’occurrence la photo est de André Breutel, publiée sur bahnbilder.

La ligne Bâle – Delémont a été mise en service aujourd’hui il y a 140 ans, le 25.09.1875. Elle intéressait particulièrement la France et ses chemins de fers de l’Est, car depuis que l’Alsace était devenue allemande, il manquait un débouché sur Bâle et de là sur le Gothard. La compagnie du chemin de fer de l’Est participa d’ailleurs au financement de la ligne, au grand dam du Comité pour un chemin de fer Jura – Gothard qui aurait préféré les capitaux français pour sa ligne par Langenthal.

Si la ligne Delémont – Bâle est aujourd’hui sur l’axe Bienne – Bâle, son orientation vers la France reste bien visible par la position de la gare de Delémont qui oblige les trains Bienne – Bâle à rebrousser.

Après la mise en service de la ligne Delémont – Bâle par la compagnie du Jura Bernois (JB), il faudra attendre encore presque 2 ans pour que l’on puisse rouler de Bienne à Bâle avec la mise en service de Tavannes-Court et Moutier-Delémont en 1876 puis finalement Moutier-Court au printemps 1877.

100 ans top of Europe

La construction du chemin de fer de la Jungfrau de la petite Scheidegg au Jungfraujoch ne fut pas chose aisée. Il s’est en effet écoulé 14 ans entre la mise en service le 20 septembre 1898 de la première partie entre la Petite Scheidegg et Eigergletscher (photo) et la mise en service du dernier tronçon entre Eismeer et le Jungfraujoch, le 1er août 1912, il y a aujourd’hui 100 ans.

Seule la première section est à ciel ouvert, le reste de la ligne est en tunnel, ce qui explique la durée des travaux et l’ouverture par étape:

135 ans de chemin de fer dans la Broye

La ligne ferroviaire par la vallée de la Broye est une partie de la liaison “intérieure” du plateau suisse: entre la ligne du pied du Jura et la ligne Lausanne – Fribourg – Bern – Olten. Eloignée des grands centres urbains, elle est restée à voie unique et a vu au fil des années sa desserte se modifier. Si l’on pouvait autrefois voyager de Lausanne à Lyss sans changer de train, il n’en va plus de même aujourd’hui: la ligne est partagée en diverses sections d’apport vers les lignes principales.

Mais la ligne de la Broye a survécu, contrairement à sa soeur du “Gäubahn” entre Lyss et Soleure ou la ligne historique Soleure – Herzogenbuchsee. Le trafic marchandise relativement important le long de la ligne n’y est pas étranger. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai choisi cette Ae 6/6 photographiée à Payerne pour illustrer l’histoire ferroviaire du jour: les 135 ans de la mise en service des lignes Palézieux – Payerne – Morat et Payerne Fribourg, le 25 août 1876.

Eigerwand – Eismeer

Le 18 juin, je présentais l’ouverture du tronçon Rotstock – Eigerwand. Aujourd’hui, on avance encore un peu dans la montagne avec la mise en service le 25 juillet 1906 de la section Eigerwand – Eismeer. Eismeer (mer de glace) est le second arrêt intermédiaire dans le tunnel qui mêne au Jungfraujoch. On y a une belle vue sur les glaciers:

18.06.1903: jusqu’à Eigerwand

Le chemin de fer de la Jungfrau majoritairement en tunnel a été construit étape par étape et mis en service en fonction de l’avancement des travaux.

Il y a 108 ans, c’est la section Rotstock – Eigerwand qui a été mise en service. Rotsrock est une station provisoire qui a été supprimée depuis. En revanche, Eigerwand est aujourd’hui encore une des haltes intermédiaires dans le trajet de la petite Scheidegg au Jungfraujoch.

Des ouvertures dans la parois Nord de l’Eiger permettent une vue panoramique sur les préalpes et le plateau.

Il faudra encore 9 ans de travaux pour que le train arrive enfin au Jungfraujoch!

Porrentruy – Glovelier et arbre généalogique

Aujourd’hui il y a 133 ans était inauguré le tronçon Porrentruy – Glovelier par la compagnie du Jura Bernois (JB). Je pourrais vous parler du destin international de cette ligne avec son prolongement sur Delle d’une part et sur Pfetterhouse – Dannemarie d’autre part, de géopolitique, de ponts, de tunnels… mais cette fois, je profite de cette commémoration pour vous présenter l’arbre généalogique des chemins de fer de suisse occidentale.

La figure ci-dessous présente les différentes entreprises, les fusions et sissions des entreprises de suisse romande dont les lignes sont aujourd’hui intégrées au réseau des CFF:

Les flèches rouges correspondent à des entreprises qui sont absorbées dans une entreprise existantes, les bleues à des fusions qui donnent naissance à une nouvelle société et les jaunes à des sissions. Les abréviation non expliquées dans le graphique sont:
  • OWB: Ost-West-Bahn, société éphémère qui a construit la ligne du bord du lac de Bienne entre la frontière cantonale près du landeron et Bienne.
  • JBL: Jura – Berne – Lucerne
  • PV: Le Pont – Vallorbe
  • JS: le célèbre Jura – Simplon qu’on ne ne présente plus
  • SOS: Suisse occidentale – Simplon
  • CFF: Chemin de fer fédéraux
  • JE: Jougne – Eclépens

L’événement du jour se situe dans le rectangle JB et le tronçon deviendra JBL puis JS et finalement CFF.

135 ans Bienne – Les Convers

la gare des Convers vue depuis le portail du tunnel des loges avec à gauche la ligne vers la Chaux-de-Fonds et à droite celle vers Bienne

La compagnie du Jura Industriel (JI) a inauguré la ligne Le Locle – La Chaux-de-Fonds en 1857 puis le prolongement vers Neuchâtel en 1859 et 1860. Quelques années plus tard, la compagnie du Jura Bernois (JB) construira la liaison entre Bienne et La Chaux-de-Fonds. Elle inaugurera sa ligne Bienne – Les Convers le 30 avril 1874, soit il y a 135 ans aujourd’hui.

A noter que le même jour, le JB a ouvert à l’exploitation le tronçon Sonceboz-Sombeval – Tavannes avec le tunnel de Pierre-Pertuis, long de 1294m comme principal ouvrage.

Les trains de la Chaux-de-Fonds à Bienne empruntaient la ligne du JI jusqu’aux Convers où ils devaient rebrousser (avec manoeuvre dans le tunnel des Loges) avant de poursuivre leur route vers la vallée de Saint-Imier. Cette situation s’est poursuivie jusqu’en 1888, lorsque la compagnie du Jura – Bern – Luzern (JBL, née de la fusin du JB et du BLB, Bern – Luzern – Bahn) a inauguré les tunnel des Crosettes entre la Chaux-de-Fonds et Le Creux.

Dès lors le tronçon Les Convers – Le Creux ne sera plus utilisé puis définitivement supprimé en 1895.

134 ans Bienne – La Chaux-de-Fonds/Tavannes

Il y a 134 ans, le 30 avril 1974, les lignes Bienne – Les Convers et Sonceboz-Sombéval – Tavannes étaient ouvertes à l’exploitation, toutes deux appartenant à la compagnie du Jura Bernois (JB).

Comme le tunnel des Crosettes (1618m) entre Le Creux et La Chaux-de-Fonds n’a été ouvert qu’en 1888, les trains Bienne – La Chaux-de-Fonds allaient jusqu’aux Convers d’où ils rebroussaient dans le tunnel du Mont-Sagne (1354m). L’exploitation du tronçon Le Creux – Les Convers cessera le 17.12.1888 et il sera supprimé le 1.7.1895.

Le tronçon entre Sonceboz-Sombéval et Tavannes a aussi été ouvert à la circulation ce même jour. 6.89km dont 1294m du tunnel de Pierre-Pertuis. Avec la prolongation en 1876 puis 1877 vers Moutier et Delémont s’ouvre ainsi une nouvelle liaison Bienne-Basel (sans passer par Olten) avec son point culminant dans le tunnel de Pierre-Pertuis à 760m. Et c’est seulement en 1915 avec l’ouverture du tunnel du Mont de Granges (Grenchenberg) par le BLS que le trajet sera raccourci.

La compagnie du Jura Bernois deviendra en 1884 le Jura – Bern – Luzern (JBL) par fusion avec le Bern – Luzern – Bahn. Du JBL naîtra la compagnie du Jura Neuchâtelois en 1886 et du Jura Simplon en 1890 qui seront nationalisées respectivement en 1913 et 1903.

Source: H.G. Wägli