Une deuxième voie là où il y en aura bientôt 3

Dix ans après le tronçon adjacent au nord-ouet et 14 ans avant le tronçon suivant au sud-est, les CFF ont mis en service la deuxième voie entre Pfäffikon SZ et Lachen le 21 mars 1941:

Dans le cadre de l’étape d’aménagement 2025 du progamme de développement stratégique, il est prévu une petite portion de troisième voie dans ce secteur. Plus précisément, il s’agit d’une voie de dépassement pour le trafic de marchandise pour permettre une augmentation de la cadence des trains de voyageurs sans péjorer le trafic de marchandises. Cette voie se situera entre Pfäffikon et Altendorf.

Un petit bout de double voie sur la ligne 14

L’histoire ferroviaire du jour est tout sauf spectaculaire: quelques centaines de mètres de double voie d’un tram vicinal entre Schänzli et Freidorf le 15 mars 1923. Mais j’en profite pour évoquer l’histoire de la Basellandschaftliche Ueberlandbahn (BUeB). Le tramway vicinal de Bâle-campagne comme on pourrait le traduire était une société ferroviaire qui avait construit la ligne de tramway Schänzli – Pratteln, avec des plans de prolongation – jamais réalisée – jusqu’à Liestal.

Le réseau de tram bâlois a la particularité d’être exploité aujourd’hui par deux entreprises: d’une part les Basler Verkehrsbetriebe (BVB) et d’autre part par le Baselland Transport (BLT). Si les lignes exploitées sont de bout en bout continues par une seule entreprise, l’infrastructure est en revanche clairement territoriale: les lignes du BVB ne sont que sur le territoire du demi-canton de Bâle-Ville.

En 1916, les tramways de Bâle (Basler Strassenbahnen, B.St.B, prédécesseurs des BVB) ont mis en service la ligne jusqu’à St. Jakob, près de la frontière cantonale. Quelques années plus tard, le BUeB a mis en service sa ligne de Schänzli-Muttenz (22.01.1921), le raccordement entre St. Jakob et Schänzli étant mis en service par les B.St.B, puis Muttenz-Pratteln (20.10.1922). Très rapidement, les travaux de doublement de la voie ont été entrepris, mais cela a duré nettement plus longtemps que la construction jusqu’à ce que la ligne complète soit à double voie:

  • Le 15 mars 1923, la ligne était en double voie de Schänzli à Freidorf
  • De Freidorf à Muttenz, la double voie a été mise en service le 19.11.1931
  • De Muttenz à Pratteln, le 8.10.1951

Dès le début, la ligne du BUeB a été affermée aux BStB qui ont géré l’exploitation de la ligne de bout en bout. Avec la fusion des 4 entreprises de Bâle-Campagne en 1974, l’infrastructure du BUeB est devenue un des tronçons du BLT. La ligne est toutefois aujourd’hui encore exploitée par les trams verts du BVB. Elle porte le numéro 14 du réseau bâlois.

J’illustre mon article avec une photo de Kurt Rasmussen sur Wikimedia:

Double voie Bremgarten-Ebisguet

Les deux voies au premier plan sont les voies de passage au départ de Bremgarten, en direction de Dietikon. Sur 1km environ, la ligne est à double voie depuis la gare de Bremgarten, pour permettre les croisements dynamiques des trains qui circulent à la cadence 15minutes en heure de pointe. Le chemin de fer BDWM (Bremgarten-Dietikon und Wohlen-Meisterschwanden), aujourd’hui AVA (Argauer Verkehr AG) a mis en service cette portion de double voie le 15 janvier 2007.

Jubilés ferroviaires 2020

150 ans:

  • Wil – Ebnat-Kappel (Toggenburgerbahn, TB)
  • Daillens-Vallorbe (chemin de fer Jougne-Eclépens, JE)

125 ans:

Mises en service:

Dans les villes:

Des doubles voies:

Et une suppression de l’exploitation: Le Creux – Convers

100 ans:

Pas de mise en service en 1920, mais des doubles voies et surtout de l’électrification.

Doubles voies:

Electrification:

75 ans:
Au niveau des doubles voies, à signaler la mise en double voie de Rivera-Bironico – Mezzovico et la suppression de la deuxième voie dans le tunnel du Mont d’Or. Sinon, il y a essentiellement des électrifications à signaler en 1945:

Notons aussi la suppression de deux petites lignes particulières: l’antenne de la ligne AL Pont-de-la Grande-Eau – Grand-Hôtel-d’Aigle et Mürren Bahnhof – Kurhaus. Une petite transformation de la ligne du MOB avec un nouveau tracé entre Chamby et Sendy-Sollard complète l’année 1945.

50 ans:

Suppressions:

Doubles voies:

25 ans:

  • Mise en service du tunnel du Grauholz (CFF) et de la nouvelle gare souterraine du LEB Lausanne-Chauderon, ainsi que d’une nouvelle liaison entre la gare principale de Zürich et les installations de service Zürich-Herdern (CFF).
  • Suppression de la caténaire entre Laupen et Gümmenen (STB)
  • Quelques deuxièmes ou troisièmes voies: Rupperswil – Aarau (3ème voie), Gisikon-Root – Ebikon, Lyss – Suberg-Grossaffoltern et Berikon-Widen – Rudolfstetten Hofacker (BD).

 

 

Croisement entre Riffelalp et Riffelboden

En hiver, le chemin de fer du Gornergrat est une remontée mécanique comme les autres. Il circule donc avec une fréquence élevée, pour transporter les skieurs. Cela nécessite de nombreuses possibilités de croisement. Entre Riffelalp et la station de service de Riffelboden, la deuxième voie de ce tronçon d’environ 1 km de long a été mise en service le 26 novembre 1978.

La photo a été prise vers la fin du tronçon à double voie, peu avant la station de Riffelboden.

Le tunnel du Bözberg en double voie

Il y a un mois environ, je vous parlais des 144 ans de la ligne du Bözberg. 30 ans après la mise en service de la ligne, elle sera à double voie dans son ensemble. La dernière partie étant la plus difficile, puisqu’elle comprenait le tunnel du Bözberg, bien que ce dernier ait été construit en tenant compte d’une deuxième voie ultérieure. Le 1er september 1905, les CFF ont mis en service la deuxième voie entre Schinznach Dorf et Frick.

La prochaine étape importante dans l’histoire de cette ligne surviendra l’année prochaine avec la mise en service du nouveau tunnel du Bözberg, parallèle à l’ancien, avec un profil permettant le passage des trains de ferroutage avec des camions hauts de 4 mètres (corridor 4 mètres).

30.08.1952: 3km de double voie

IR Genève-aéroport – Luzern de passage à Matran

Comme de nombreuses autres lignes, Lausanne – Bern a été mise en double voie en plusieurs étapes. Elles peuvent toutefois se regrouper en trois périodes: entre Lausanne et Romont, la deuxième voie a été construite entre 1902 et 1920 et entre Bern et Fribourg dans les années 1930 et entre Fribourg et Romont dans les années 1950.

Le 30 août 1952, les CFF ont mis en service la deuxième voie entre Matran et Rosé, prolongeant ainsi de 3 km la double voie Matran – Fribourg mise en service 3 ans plus tôt.

 

Double voie Rohr – Brandegg

Il y a 15 ans, le 30 juillet 2004, le Wegeneralpbahn (WAB) a mis en service une portion de double voie entre le lieu-dit Im Rohr et la station de Brandegg entre Grindelwald et la petite Scheidegg. Je n’ai pas de photo de cette double voie, mais la rame de la photo ci-dessous se trouve environ 300m avant le début de la station de Brandegg et la ferme que l’on devine à gauche de la photo se situe au lieu-dit Oberi Brandegg. Cette portion de double voie permet le croisement des trains et ainsi la cadence à la demi-heure.

Quelques kilomètres de double voie sur la BN

Gare de Rosshäusern sur la ligne Bern – Neuchâtel (BN, maintenant BLS), passage d’une RE Bern – Neuchâtel. Il vient de passer les quelques kilomètres entre Riedbach et Rosshäusern. Sur ce tronçon, la deuxième voie a été mise en service le 24 mai 1996. Cette portion fut la première aménagée en double voie sur la ligne. Riedbach – Niederbottigen suivra en 2000 et Niederbottigen – Bern Bümpliz Nord en 2008. Le prolongement au-delà de Rosshäusern a quant à lui été mis en service en 2018, avec le tunnel de Rosshäusern.

Un saut-de-mouton en prévision de la ligne de l’aéroport

A Châtelaine: à gauche la voie alimentée en courant français (25kV 50Hz) en provenance de Bellegarde – La Plaine et à droite les deux voies en provenance de Genève-Aéroport alimentées en courant suisse (15 kV 17Hz), dont l’une avec une caténaire commutable depuis 2017. En gare de Genève, les voies dédiées au trafic français sont de l’autre côté des voies suisses. Dès lors, avant de pouvoir mettre en service la ligne de l’aéroport, il a fallu construire un saut-de-mouton. La ligne française passe sous les voies suisses (on devine d’ailleurs que la voie de gauche commence de descendre par rapport aux deux autres voies), en tunnel, dans la tranchée couverte de St-Jean.

Ce saut-de-mouton a été mis en service le 18 mai 1986. A la même date, les deux étant liés, une deuxième voie a été mise en service entre St-Jean et la Jonction.