1.09.1932: Solothurn – Burgdorf sous tension

be44

Il est probable que ce train que j’ai photographié à Soleure en 1989 ait été à destination de Moutier plutôt que de Berthoud, mais cette Be 4/4 est parfaite pour illustrer l’histoire ferroviaire du jour. Le chemin de fer de l’Emmental (EB) a en effet commandé 4 machines de ce type à l’occasion de l’électrification de sa ligne en 1932.

Le 1er septembre 1932, c’est la partie nord de la ligne (Burgdorf – Solothurn) qui a été mise sous tension. La moitié sud (Burgdorf – Langnau) suivra quelques mois plus tard, le 8 décembre de la même année. Quant à la ligne Solothurn – Moutier de la compagnie voisine SMB qui achètera aussi deux locomotives du même type c’est en octobre de la même année qu’elle a été électrifiée.

L’électrification du tronçon Burgdorf – Langnau a eu pour conséquence que les trains triphasés du chemin de fer Burgdorf – Thun (BTB) ne purent plus circuler jusqu’au terminus de la ligne, mais uniquement jusqu’à la gare commune de Hasle-Rüegsau. La situation ne sera que temporaire, puisqu’en 1933, le BTB remplacera son courant triphasé de 750V par le courant usuel des chemins de fer à voie normale en Suisse, 15kV 16.7 Hz. Les deux entreprises fusionnera une petite décennie plus tard en 1942.

1933: électrification BTB en 15kV

Le chemin de fer Bertoud – Thoune (Burgdorf – Thun – Bahn, BTB) a été mis en service en 1899, et exploité dès le départ à l’électricité en courant triphasé de 750V 40Hz (voir l’article). Entre Berthoud et Hasle-Rüegsau, la ligne empruntait le tracé de l’Emmental-Bahn (EB) Berthoud – Langnau i.E. qui exploitait aussi la ligne du BTB. l’EB a été électrifiée en 1919  avec le même courant que le BTB, puis en 1932, transformée en courant alternatif 15kV 16.7Hz (courant CFF) en décembre 1932. 2 mois plus tard, le 11 février 1933, la ligne du BTB sera aussi transformée pour l’exploitation en courant CFF jusqu’à Grosshöchstetten, puis en avril jusqu’à Thoune permettant ainsi à nouveau l’exploitation commune des 2 entreprises, qui fusionneront en 1942 pour former l’EBT (Emmental – Burgdorf – Thun).

L’EBT, le chemin de fer Soleure – Moutier (SMB) et les chemins de fer réunis de Huttwil (Vereinigte Huttwil Bahnen VHB) ont été exploité sous la forme d’une communauté d’exploitation. Les 3 entreprises fusionneront en 1997 pour former les transports régionaux du moyen-pays (Regionalverkehr Mittelland RM) qui fusionnera avec le BLS en 2006.

Pour illustrer l’électrification et cette généalogie complexe, le De 4/4 259 est un bon exemple:

Au moment de la transformation de courant triphasé en alternatif, l’EB a commandé des automotrices CFe 2/4 qui ont circulé tant sur la ligne de l’EB que celle du BTB. Dès 1947, avec la suppression de la 3ème classe, elles deviendront BDe 2/4. Avec l’arrivée de la première génération de RBDe 4/4 dès 1973, les BDe 2/4 représentaient du matériel d’une autre époque. Mais le bon état électrique et le manque de matériel tractant ont incité les dirigeants à trouver des solutions inovatives.

Ainsi, à partir des BDe 2/4 226 et 230 EBT ont été créés les De 4/4 235 et 236 EBT ainsi que les De 4/4 265 et 266 VHB à partir des BDe 2/4 223 et 228, le 228 étant à l’origine un véhicule EBT et donc EB au départ. Avec la fusion et renumérotation, le De 4/4 266 VHB deviendra le De 4/4 259 RM que le club Salon Bleu remettra aux couleurs vertes dès 2004. Il est aujourd’hui stationné à Huttwil, là où la photo a été prise.

135 ans du chemin de fer de l’Emmental

Ancienne voie prise dans le béton à Derendingen

Ce petit bout de voie pris dans le béton à Derendingen appartenait probablement au chemin de fer industriel hippomobile entre Derendingen et Gerlafingen mis en service en 1864 pour relier les industries du fer de Gerlafingen au réseau ferré. La compagnie du chemin de fer de l’Emmental (Emmental-Bahn EB) a repris l’infrastructure de cette voie industrielle pour inaugurer sa ligne Burgdorf – Biberist – Derendingen le 26 mai 1875. La ligne de l’EB reliait deux lignes du Schweizerischer Centralbahn (SCB), Bienne – Soleure – Herzogenbuchsee et Olten – Bern, toutes deux inaugurées en 1857.

Le 4 décembre 1876, le SCB mettra en service une ligne de raccordement entre Soleure et Biberist en même temps qu’il inaugurera la ligne Olten – Soleure – Lyss. Cette ligne de raccordement aurait dû être le début d’une ligne Soleure – Berne par la vallée de l’Emme et se raccorder à la ligne SCB à Schönbühl. (voir aussi mon article du 4 décembre 2008). Biberist – Schönbühl ne verra jamais le jour, mais le raccordement Soleure – Biberist passera en main de l’EB le 21.11.1883. Dès lors l’ancienne ligne hippomobile Biberist – Derendingen n’avait plus de raison d’être et elle sera supprimée le 30 juin 1884. Une partie des installations sera toutefois encore utilisée comme voies industrielles pendant longtemps.

4 décembre 1876: Solothurn devient un noeud ferroviaire

Le 4 décembre 1876, les lignes Olten – Solothurn – Busswil et Solothurn – Biberist ont été mises en service, faisant de Solothurn un noeud ferroviaire. C’est l’occasion de voir un peu l’histoire intéressante du développement ferroviaire dans cette région:

En 1857, la compagnie du chemin de fer de Suisse central, Schweizerische Centralbahn (SCB) met en service le tronçon (Olten-) Aarburg-Oftringen – Herzogenbuchsee le 16 mars et Herzogenbuchsee – Solothurn – Biel/Bienne (en bleu sur la carte), le 1er juin.

Il est intéressant de constater qu’à l’époque, il était plus important de relier Bienne à Herzogenbuchsee que directement à Olten. Le trajet Bienne – Olten nécessitait en effet un rebroussement à Herzogenbuchsee. Il faut savoir que le tronçon Solothurn – Biel/Bienne n’a failli pas voir le jour: en effet, avec la ligne Bussigny – Yverdon ouverte en 1855, on pouvait transborder ensuite les marchandises sur bateau jusqu’à Solothurn, d’où on prévoyait de les retransborder sur train. Herzogenbuchsee – Solothurn fut choisi comme meilleur tracé pour relier l’axe prioritaire choisi par les bernois: Olten – Langenthal – Herzogenbuchsee – Bern, qui avait l’avantage de relier ces bourgades en phase d’industrialisation. (lire ici: http://seebutz.ch/images/Biel_kommt00.pdf)

Mais la ville de Bienne ne l’entendit pas de cette oreille, d’autant que des plans de construction de la ligne Yverdon – Freinisberg (voir article du 3.12.2008) voyaient le jour dès le début des années 50. Elle acheta donc une participation à la compagnie du SCB pour que la ligne soit prolongée de Solothurn à Bienne.

Un comité, le “Landwirtschaftlichen Verein” s’activa pour que les communes importantes, mais peu indistrialisées puissent aussi être reliées au chemin de fer et acheta des participation du SCB, ce dernier s’obligeant à construire la “Gäubahn” Olten – Solothurn – Lyss et en même temps Liestal – Reigoldswil – Mümliswil – Balsthal – Oensingen et Solothurn – Schönbühl. (voir article du 4 octobre 2008). La “Gäubahn” sera inaugurée le 4 décembre 1876, il y a aujourd’hui 132 ans. (en vert sur la carte). En même temps, le SCB inaugura Solothurn – Biberist, comme premier tronçon de la ligne prévue Solothurn – Schönbühl (en traitillé rouge). La gare de Solothurn devient alors un noeud ferroviaire avec des lignes partant dans 5 directions.

A Biberist, la nouvelle ligne du SCB rejoignait celle de l’Emmenthalbahn (EB) Burgdorf – Derendingen, inaugurée le 26 mai 1875 (en brun).

Comme bien souvent, l’argent est le nerf de la guerre et les fonds ne furent plus disponibles pour construire Biberist – Schönbühl. On choisit donc de privilégier l’axe Solothurn – Biberist – Burgorf. Le 21 novembre 1883, Solothurn – Biberist fut transféré à l’EB qui supprima une demi année plus tard le 30.6.1884 le tronçon Biberist – Derendingen. (il est intéressant de noter que ce tronçon avait été construit en 1864 déjà, comme chemin de fer industriel hippomobile pour donner un accès ferroviaires aux industries de Biberist).

Comme conséquence de la non-construction de Biberist – Solothurn, des réflexions furent engagées pour relier autrement Solothurn à Bern. Il faudra toutefois attendre 1916, pour que la ligne Solothurn – Zollikofen à voie métrique voie le jour. Le RBS actuel n’existe donc que parce que les moyens n’ont à l’époque pas suffit pour construire une ligne à voie normale de Solothurn à Bern par Schönbühl.

Un petit coup d’oeil sur la situation aujourd’hui?

Du Gäubahn, il reste aujourd’hui un tronçon intégré dans la ligne du pied-du-Jura entre Olten et Solothurn et une ligne en cul-de-sac entre Busswil et Bèren an der Aare. Solothurn – Büren n’est plus qu’utilisé pour des courses historiques et pour y déposer quelques wagons de marchandises. (vert traitillé)

Biberist – Derendingen a disparu en 1884 déjà (brun traitillé) et Solothurn – Herzogenbuchsee sert en partie d’accès à la ligne nouvelle Mattstetten – Rothrist entre Solothurn et Wanzwil, une partie du tracé (en bleu traitillé) ayant été abandonné.

Suppression de Biberist – Derendingen il y a 124 ans

Il y a des lignes ferroviaires qui ont vécu plus ou moins longtemps. La plus éphémère n’a été exploitée que pendant 2 ans… (Mendrisio – Stabio).

La vie du tronçon dont je vous parle aujourd’hui est aussi relativement courte, puisqu’il a été mis en service le 26 mai 1875 lors de l’ouverture à l’exploitation par les chemins de fer de l’Emmental (Emmentalbahn, EB) de la ligne Burgdorf – Derendingen. Cette ligne reliait deux lignes existantes du chemin de fer de suisse centrale (Schweizerischer Centralbahn – SCB), à savoir Olten – Bern et Solothurn – Herzogenbuchsee, toutes deux ouvertes à l’exploitation en 1857.

Le SCB mettra une année plus tard en service les lignes Busswil – Solothurn – Olten et Solothurn – Biberist. L’EB reprendra à son compte l’exploitation de du tronçon Solothurn – Biberist le 21.11.1883 et supprimera l’exploitation entre Biberist et Derendingen le 30 juin 1884, moins de 10 ans après sa mise en service.