5 novembre 1873, première ligne métrique de Suisse

DSCF0627Certes la G 3/3 8 “Echallens” est environ 35 ans plus jeune que la ligne, mais elle illustrera mon propos du jour.

Le 5 novembre 1873, la compagnie du chemin de fer Lausanne – Echallens (LE) a mis en service la première partie de sa ligne entre Lausanne-Chauderon et Cheseaux. C’est par un décret du Grand Conseil en juin 1872 que le choix c’est porté sur un chemin de fer à voie métrique, le premier de Suisse. Les promoteurs du projet imaginaient un monorail, système Larmanjat basé sur un rail de guidage central. De cette idée est d’ailleurs resté le surnom du petit train: la brouette d’Echallens.

Six mois plus tard, le prolongement de la ligne jusqu’à Echallens sera mis en service et en 1889, la compagnie du Central Vaudois (CV) réalisera le tronçon Echallens – Bercher.

Depuis 140 ans, le train à Echallens

DSCF0634Cette voiture historique photographiée dans le dépôt du LEB à Echallens a circulé sur le chemin de fer du Mont-Cenis jusqu’à sa fermeture. Dès novembre 1873, elle a roulé sur la ligne du chemin de fer Lausanne – Echallens (LE) entre Lausanne-Chauderon et Cheseaux, puis dès le 2 juin 1874, il y a aujourd’hui 140 ans, entre Cheseaux et Echallens.

La prolongation vers Bercher sera faite par la compagnie du central vaudois (CV) en 1889. En 1908, la modification du tracé entre Assens et Echallens permettra de circuler sans rebroussement et préparant ainsi la fusion des deux entreprises.

10.10.1908: Echallens n’est plus un rebroussement

Lorsque le chemin de fer du central vaudois (CV) a été mis en service entre Echallens et Bercher (principalement pour transporter le lait à l’usine de lait condensé de Bercher), il s’est raccordé à la gare existante du Lausanne – Echallens (LE) en entrant dans la gare par l’Est, soit du même côté que le LE.

En effet, le tracé suivait à l’origine celui de la route. L’ancien tracé du LE est dessiné en violet sur la carte. La gare d’Echallens constituait donc un rebroussement, comme on en trouve encore actuellement à Chambrelien, ou à Combe-Taveillon par exemple.

Pour simplifier l’exploitation, le tracé a été corrigé entre Assens et Echallens. Le nouveau tracé en traitillé vert entre dans la gare d’Echallens depuis l’Ouest, permettant ainsi une exploitation sans interruption entre Lausanne – Chauderon et Bercher. Cette exploitation sans interruption prendra tout sons sens en 1913 avec la fusion du LE et du CV pour former le Lausanne – Echallens – Bercher (LEB).

Pour le plaisir des yeux, ci-dessous une photo de la G 3/3 8 du LE “Echallens” utilisée pour les circulations historiques.