Suppression du point frontière de Bonfol

BDe_44_101Une automotrice BDe 4/4 des CJ avec un wagon de marchandise en queue, en gare de Bonfol. Vu ainsi, on pourrait imaginer que ce train vient de France. Pourtant, lorsque j’ai pris cette photo à la fin des années 1990, il y avait déjà bientôt 30 ans que le service de marchandise entre Dannemarie et Bonfol avait été supprimé.

Après la suppression du trafic de voyageur en 1946 (que j’avais d’ailleurs illustré avec la même photo), le trafic de marchandise a à son tour été supprimé le 4 janvier 1970. En même temps, le point frontière ferroviaire de Bonfol a été fermé ainsi que le tronçon entre Bonfol et la frontière. La ligne sera déclassée du côté français le 29 octobre de la même année.

Advertisements

Régional Porrentruy – Bonfol

La ville de Porrentruy était reliée au chemin de fer depuis 1872, avec la ligne Porrentruy – Delle en direction de la Suisse, puis avec la ligne Delémont – Porrentruy, mise en service par la compagnie du Jura Bernois en 1877. On envisagea alors en Ajoie de construire une ligne qui relierait cette région à l’Allemagne, en l’occurrence avec l’Alsace annexée.

cj_pres_bonfolLa ligne de Porrentruy à Bonfol sera mise en service le 14 juillet 1901 par la compagnie du Régional Porrentruy – Bonfol (RPB). Le prolongement de la ligne en Alsace interviendra 9 ans plus tard, le 1er novembre 1910 avec le tronçon Bonfol – Dannemarie.

Après la première guerre mondiale, l’Alsace sera rendue à la France et le trafic international sur cette ligne se réduira considérablement. En 1946, le trafic voyageur sera supprimé entre Bonfol et Pfetterhouse.

Le tronçon suisse a subsisté et fut intégré en 1944 à la nouvelle compagnie des chemins de fer du Jura (CJ). Il sera électrifié en 1952.

Le RSG a 111 ans

Saignelégier, Chef-lieu des Franches-Montagnes, était relié au réseau ferroviaire depuis 1892 par le chemin de fer Saignelégier – Chaux-de-Fonds (SC). Ce n’est toutefois que 12 ans plus tard que la moitié Est des Franches-Montagnes aura aussi sa ligne de chemin de fer. Le Régional Saignelégier – Glovelier (RSG) a été mis en service le 21 mai 1904, il y a aujourd’hui 111 ans.

Si le SC était à voie métrique, le RSG a été construit à voie normale, facilitant ainsi le transfert des marchandises entre les Franches-Montagnes et le reste du monde.

Lorsque les 4 compagnies jurassienne fusionnèrent pour former les Chemins de fer du Jura (CJ) en 1944, l’infastructure de la ligne Saignelégier – Glovelier était en si mauvais état, qu’il fallu en suspendre l’exploitation en 1948. 5 ans plus tard, la ligne rouvrira, mais en voie métrique, permettant des liaisons directes Glovelier – La Chaux-de-Fonds.

De l’époque de la voie normale est resté un gabarit large, si large que la Re 460 036 qui a été baptisée “Franches-Montagnes” en 2003 a pu être amené sur des trucks jusqu’à Saignelégier. Elle porte aujourd’hui la livrée “Welcome to Japan”:

DSC16740

Ironie de l’histoire, le canton du Jura et les CJ rêvent depuis longtemps à la pose d’un troisième rail entre Glovelier et Delémont, afin de pouvoir relier directement le chef-lieu des Franches-Montagnes à la capitale cantonale. Si au lieu de mettre la ligne du RSG à voie métrique on avait mis celle du SC à voie normale, la question ne se poserait aujourd’hui plus…

15.11.1913: électrification Tramelan – Tavannes

Ballastières a voie normale sur trucks à Tavannes

Le chemin de fer Tramelan – Tavannes (TT) a été mis en service en 1884 afin de relier la vallée de Tavannes au chemin de fer. Il s’agissait notamment de permettre aux industries de recevoir les matières premières et d’écouler les marchandises.Aujourd’hui encore, le trafic marchandise est une composante non négligeable de l’activité des CJ avec notamment le transport des déchets par containers. Des trucks permettent le chargement de wagons à voie normale, mais ceci ne concerne presque plus que le ballast.

En décembre 1913, la société du chemin de fer Tramelan – Breuleux – Noirmont (TBN) a mis en service sa ligne et l’a dès le début exploitée à l’électricité. Afin de permettre une exploitation continue entre Tavannes et Le Noirmont, le TT a aussi été électrifié. La traction électrique a pris le relais de la vapeur le 15 novembre 1913.

13.03.1953: électrification CJ La Chaux-de-Fonds – Saignelégier

L’électrification de la ligne CJ La Chaux-de-Fonds – Saignelégier s’est inscrute dans le cadre d’un programme de modernisation des chemins de fer de l’arc jurassien. Cette modernisation a été possible grâce à l’aide financière de la Confédération. Cette dernière a toutefois exigé une réorganisation et rationalisations dans les chemins de fer de cette région.

De cette exigence sont nés les CJ, par fusion du Saignelégier – Chaux-de-Fonds (SC) avec la Ligne du chemin de fer Tavannes – Noirmont (CTN) et du Régional Saignelégier – Glovelier (RSG), ainsi que le régional Porrentruy – Bonfol (RPB).

Dans la foulée, la ligne Saignelégier – Glovelier a été transformée en voie métrique et électrifiée, permettant une exploitation cohérente de l’ensemble des lignes lignes La Chaux-de-Fonds – Glovelier et Le Noirmont – Tavannes.

La traction électrique en 1500V continu sur l’ancienne ligne du SC a débuté le 13 mars 1953.

L’automotrice ABe 4/4 641 est  venue au CJ en 1997 avec sa soeur la 642, à l’occasion de la transformation de l’électrification de la ligne Coire – Arosa du chemin de fer rhétique en courant alternatif. Ces automotrices sont utilisées notamment pour la traction des trains de transports des déchets des Franches-Montagnes et de la Vallée de Tavannes vers l’usine d’incinération de La Chaux-de-Fonds.

Bonfol – Pfetterhouse, fin du service voyageurs

Avec la prolongation de la ligne du Régional Porrentruy – Bonfol (RPB) vers Pfetterhouse et Dannemarie en 1910, la gare de Porrentruy est devenu internationale avec des trains vers la France en direction de Boncourt – Delle – Belfort et l’Allemagne direction Bonfol – Pfetterhouse – Dannemarie.

Après la 1ère guerre mondiale, la ligne perdra de son importance stratégique, puisque l’Alsace redeviendra française. Le déclin du trafic, particulièrement sur la partie française conduira à la suppression du service voyageur entre Bonfol et Dannemarie le 14 février 1946, il y a 65 ans aujourd’hui. Il est intéressant de noter que cette ligne a eu un rôle important pour l’acheminement de matériel roulant par Bâle et Dannemarie en pleine 2ème guerre mondiale, lorsque le 7 février 1943, la voûte du tunnel CFF entre St-Ursanne et Courgenay s’effondra!

A défaut d’autre photos, voici une BDe 4/4 CJ avec un mixte voyageurs-marchandises (transport de bois) à Bonfol:

18 mai 1952: Porrentruy – Bonfol électrifié

Automotrice BDe 4/4 101 "Bonfol" à Bonfol.

Le régional Porrentruy – Bonfol (RPB) a eu un court destin international. En effet, après une inauguration en 1901, il a été prolongé ver l’Alsace (à l’époque allemande) par Pfetterhouse jusqu’à Dannemarie en 1910.

Peu après la fusion de 1944 du RPB avec les chemins de fer CTN (Compagnie du chemin de fer Tramelan – Le Noirmont), SC (Saignelégier – la Chaux-de-Fonds) et RSG (Régional Saignelégier – Glovelier) qui verra naître les CJ, l’exploitation de la section internationale vers Pfetterhouse sera supprimée (1946).

C’est donc uniquement la section restante entre Porrentruy et Bonfol qui sera électrifée avec le courant CFF 15kV 16 2/3 Hz. L’inauguration de la traction électrique a eu lieu le 18 mai 1952.

Le Tramelan – Breuleux – Noirmont a 95 ans

Gare de Tramelan aujourd'hui (juin 2008)

Dernier maillon du réseau jurassien, le Tramelan – Breuleux – Noirmont (TBN) a été inauguré le 16 décembre 1913. Il faisait suite au Tramelan – Tavannes (TT) inauguré en 1884, au Saignelégier – Chaux-de-Fonds (SC) ouvert en 1893/94 au régional Porrentruy – Bonfol (RPB) ouvert en 1901 et prolongé vert Pfetterhouse en 1910 et au Régional Saignelégier – Glovelier en 1904.

C’est le seul tronçon du réseau qui sera électrifié dès sa mise en service en CC 1200V, la même tension que le TT électrifié en novembre 1913.

Le TBN et le TT fusionneront le 1er janvier 1927 et deviendront le CTN, chemin de fer Tavannes – Noirmont. Ce dernier fusionnera avec le RPB, le RSG et le SC au premier janvier 1944, pour donner naissance aux CJ.

8 mai 1948: changement de voie

Il y a aujourd’hui 60 ans, l’exploitation du tronçon à voie normale entre Glovelier et Saignelégier était supprimé. 5 ans de travaux seront nécessaires pour remplacer la voie normale par de la voie métrique. L’exploitation sur voie métrique reprendra le 4 octobre 1953. De l’époque à voie normale, il reste des tunnels avec un gabarit plus grand qu’usuellement en métrique qui permettent notamment le transport de wagons à voie normale sur des trucks porteurs (et exceptionellement aussi des locomotives comme ce fut le cas de la Re 460 036-7 pour son baptême “Franches-Montagnes” le 8.08.2003).

Les CJ aimeraient bien maintenant pouvoir prolonger leur ligne de Glovelier à Delémont par un troisième rail… si on avait gardé la voie normale de Glovelier à Saignelégier, on chercherait peut-être plutôt à poser de la voie normale jusqu’à La Chaux-de-Fonds?